Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Amatrice (56)
· Annie cruz maitresse cruel (49)
· Article (89)
· Asian Strapon (99)
· Autres SM (109)
· Bobbi starr divine bitche (20)
· Bondage ou Shibari (15)
· Burlesque & Costumes (129)
· Cadeau (25)
· Célébrités cuir & latex (94)
· Composition SM (64)
· Divine bitches (219)
· Doigter intime +fist (14)
· Domina star du X (93)
· Domino presley - shemale (54)
· Duo de Maitresse (41)
· Ebony Strapon (141)
· Face sitting (15)
· Fake celebrites dominatrice (36)
· Feminisation (157)
· Femmes dominatrice de femme soumise (55)
· Foot-Fetish (leche mes pied.....) (36)
· Footjob (Branlette avec les pieds) (5)
· Gay and Lesbians (18)
· GIF (232)
· Glamour Mistress (132)
· Glory Hole (21)
· Kami Tora Fan Club (99)
· Katsumi en latex (41)
· Lady Shemale (330)
· Ladyboy Shemale (119)
· Latex & vinyll (317)
· Maitresse (Gang bang) (59)
· Maitresse Asiatique (253)
· Maitresse Blonde (96)
· Maitresse Brune (116)
· Maitresse Brutal (42)
· Maitresse Cybill troy (23)
· Maitresse Francaise (9)
· Maitresse Jade indica (33)
· Maitresse Oriental (19)
· Maitresse Rousse (44)
· Maitresse Skin Diamond (52)
· Sexy Fetish (106)
· SM - noir & blanc (68)
· Sondage (27)
· Soumis Suceur (74)
· Spanking (Fessés, fouet, cravache...) (217)
· Spitting (Salive) (18)
· Strapon (Enculeuse) (152)
· Strapon Slave (72)
· Trampling (ou se faire marcher dessus) (15)

Derniers commentaires Statistiques

Date de création : 24.09.2010
Dernière mise à jour : 30.10.2014
4436articles


Rechercher
Recherchez aussi :

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


LA PUTAIN SOUMISE A SA MAITRESSE

Publié le 22/01/2014 à 12:01 par tracy69 Tags : soumis suce salope sissy boy maitresses strict
LA PUTAIN SOUMISE A SA MAITRESSE

Impossible de ne pas s'executer lorsque Madame ordonne et force violement sont soumis sissy à tailler des pipes à ses amants.........................

Tracy



Commentaires (3)

anthonie le 22/01/2014
décidément j'adore ca


lailatvx le 24/01/2014
Je suis un mari travesti soumis

Il y a quelques mois, j'ai avoué à ma femme Nadia mon adoration pour le BDSM et notamment la domination féminine et la féminisation. Celle-ci curieuse mais peu à l'aise avec ceci accepta quand même de tester et de se mettre dans la peau d'une dominatrice. Pour l’aider, je lui offris tout son "petit matériel" : plug, menottes, fouet, laisse, liens, et même un magnifique gode ceinture dont j'attendais avec impatience sa première utilisation. L'idée de sucer la grosse bite de plastique de ma femme en imaginant que ça soit une vraie et ensuite, me la prendre violemment dans les fesses, pendant qu'elle me crache dessus en me traitant de petite pute aimant porter ses fringues, me faisait bander comme un taureau et m'obsédait.
Nous fîmes plusieurs fois l'amour de cette façon, elle me dominant, me féminisant et m'enculant mais si j'y ai pris du plaisir, je sentais que le cœur n'y était pas totalement chez elle, qu'elle aimait mais qu'elle avait du mal à me donner des ordres, étant à la base d'une personnalité passive et ayant peu confiance en elle.
Néanmoins, nous continuâmes, étant fou d'elle, je ne la forçais pas et tentais de lui faire prendre confiance en elle, de ce fait, nous arrivâmes petit a petit à une forme de compromis : quand elle se sentait "prête" pour ça, elle me surnommait Laila, me féminisait mais je devait la guider, comme un metteur en scène. Ce petit jeu continua jusqu’à il y a quelques semaines.

Un jour, ma femme m’appela de chez sa copine, j'ignorais encore que ce serait la meilleure nuit de ma vie.
A 18h, elle se pointa chez nous, maquillée pour sortir, un sac en main, une robe de soie noire très courte moulant de manière sulfureuse son corps ( je pouvais aisément voir qu'elle n'avait rien dessous), des jarretelles rouges et portant ses cuissardes noires. Je lui ouvris, elle m'embrassa langoureusement puis nous allâmes dans ma chambre. Là, elle me dit le plus sérieusement du monde :" Va te raser intégralement le corps, nous sortons, j'ai une surprise pour toi..." Interloqué, je m’exécutais, me douchant par la même occasion afin de rendre ma peau la plus douce possible.
Revenant nu, juste couvert d'une serviette dans ma chambre, elle m'attendait assise sur ma chaise de bureau, jambes écartées, laissant voir son intimité rasée, le spectacle me mit l'eau a la bouche.
" Ce soir, me fit-elle, je t'ai prévu une surprise, mais pour cela, il va falloir que tu m'obéisses au doigt et à l'œil sans me poser de question !"
Surpris mais étant d'un naturel curieux, j'acceptais avec une moue dubitative. « Tu ne le regretteras pas » me fit-elle avec un petit sourire coquin. Elle se leva alors, m'embrasse puis prit le sac et me le tendit « Pour commencer, il te faut une tenue plus adaptée, vu que nous sortons, enfile ça ! »
J'ouvris le sac et quelle ne fut pas ma surprise en découvrant des vêtements féminins. « Nadia chérie, si on sort je peux pas mettre ça, on va se foutre de ma gueule ! » lui dis-je.
« Tu m'as juré que tu m'obéirais, alors fais-le, me fit-elle, sinon pas de surprise, mais crois-moi, tu vas louper quelque chose ! ».
Rechignant je m'exécutais, mon cœur battant la chamade, la honte me submergeant pendant que j'imaginais le pire : si quelqu'un me reconnaissait ? Ma réputation serait ruinée, mais.... à ma honte se mêla vite autre chose. Tout en enfilant la petite culotte à froufrous qu'elle m'avait apportée, mon sexe commença à durcir, l'excitation était là aussi. Suivirent les bas noirs auto-fixants, remontant à mi-cuisse, puis le soutien gorge rembourré et enfin une robe de velours noire similaire à la sienne. N'ayant pas de bottes à ma taille, Nadia me jeta une paire de sandales à talons « Tiens, elles devraient te serrer un peu mais je n'ai que ça ». Je les enfilais et, maladroitement, tentai de me lever, Nadia me repoussa sur ma chaise en me lançant « Où vas-tu ? Tu n'es pas prête à sortir ma belle ! ».
Elle sortit sa trousse a maquillage et me fit la totale : lèvres, yeux, joues... j'en sortis transformé. J'allais dans la salle de bain observer ma nouvelle apparence, ma féminité était plus qu'exacerbée avec ce déguisement , ma silhouette fine et mes cheveux longs coiffés, on aurait même dit que j'avais une poitrine de jeune adolescente. Ma femme se glissa dernière moi et passa un doigt sur ma culotte, elle caressa mon gland, me provoquant des spasmes de plaisirs et de légers gémissements.
« Tu vois que tu aimes ça, tu commences à entrer dans ton rôle, mais rassure-toi, me dit-elle avec un sourire lubrique, le meilleur reste à venir ».
La nuit était tombée, nous allâmes jusqu'à sa voiture, le parcours bien que court fut laborieux du fait de ma non habitude de marcher en talons hauts. Après m'avoir installée et remis le petit sac à main en plastique contenant mes affaires, elle m'attacha un bandeau autour des yeux.
« A partir de maintenant, je te guide, tu n'enlèves pas le bandeau tant que je ne te l'ai pas dit, sinon c'est fichu ! ». « T'inquiète pas, lui répondis-je, au moins comme ça, personne ne me reconnaîtra ».

La voiture démarra, je tentais de calmer la nervosité me gagnant, un subtil mélange de peur et d'excitation, je sentais en même temps que je transpirais dans ma culotte, je me tortillais dans tous les sens pour ne pas céder a la tentation d'ôter le bandeau, Nadia me caressant régulièrement les cuisses et passant la main sous ma robe, me titillant effrontément, pour mieux me faire râler.
« Calme-toi ma Laila, tu es plus sexy que tu ne l'as jamais été, je sens bien que ta culotte est toute mouillée, mais ne cède pas petite chienne, sinon pas de surprise ! »
Au bout de ce qui me semblait être un quart d'heure de route, la voiture ralentit puis s'arrêta. Un bruit de porte qui claque, des pas, une porte s'ouvrant : ma femme était en train de faire le tour et venait me chercher. A tâtons, je détachais ma ceinture et attendais qu'elle m'aide à sortir. Alors, elle m'enfila une laisse et m'entraîna dans un long couloir. Nous grimpâmes un escalier, je l'entendis taper à une porte qui s'ouvrit de suite après.
Une voix féminine se fit entendre : « salut ma belle, tout est prêt, et toi ?
« Comme tu le vois, fit-elle, Laila est là et en tenue ».
Une troisième voix se fit entendre « mais elle est ravissante, je sens que nous allons bien nous amuser ». Je ne dis rien, me laisser entraîner à l'intérieur de ce qui semblait être un appartement.
Je sentis deux paires de bras soulever les miens, me traîner jusqu'à une chaise, m’asseoir, les passer dans mon dos et le « clic » sonore d'une paire de menottes se refermant sur mes poignets, leur métal froid et dur se collant à ma peau. Nadia me retira le bandeau, elle était entourée de deux jeunes filles: une petite brune un peu grosse à lunettes et une rousse fine assez grande. La brune avait de longs cheveux bouclés attachés en une longue natte lui retombant sur les fesses et portait un top blanc, une courte jupe en jean et des bottines brunes tandis que la rousse avait les cheveux coupés en carré et arborait simplement une robe légère d'été fleurie et des ballerines.
- Voici Malika et Ghita, me dit ma femme, je les ai rencontrées sur Internet
- C'est ça ma surprise ? Demandais-je
- Ça et bien plus encore ma chérie ! ».

Sur ces mots, elle embrassa longuement Malika (la brune) et commença a peloter ses gros seins biens lourds et fermes. Malika l'enlaça et prit bien fermement ses fesses en main, pendant que Ghita, (la rousse) arrivait par derrière, glissant subrepticement ses mains entre les deux autres, la droite sur les seins de ma femme, la gauche dans son entrejambe qui commençait a mouiller fortement tout en couvrant de baisers le cou de ma chérie, les deux filles lui extirpant ainsi de petits gémissements de plaisir. Elles relâchèrent leur étreinte et se tournèrent vers moi, Ghita, les doigts encore à l'intérieur du vagin de mon épouse me toisa, son regard descendant sur la bosse sur ma robe formée par mon sexe en érection.
- Tiens, tiens, tiens, mais c'est que ça l'excite cette petite salope !
- Oui, susurra Nadia, elle doit avoir très envie de sexe. Tu veux ma chatte ma Laila ?
- Oui, fis-je en haletant, gêné par mon érection, une furieuse envie de me masturber me tenaillant. Faut que je baise là !
- Stop, me fait Malika, visiblement tu n'as pas tout compris : comment veux-tu baiser si tu es une fille, déjà ce soir, tu n'as plus de zob mais un « tabboune » (une chatte), donc celle qui va se faire baiser, c'est toi !
- Pardon ? M'écriais-je
- Chut ! Me dit Ghita tout en me plaquant ses doigts pleins de jus de ma femme sur la bouche. Par instinct et envie, je les léchais, ne voulant pas perdre le bon fluide de ma chérie.
- Nadia, ma chérie ? Demandais-je d'un regard implorant.
- Tais-toi, tu dois m'obéir Laila, dit-elle d'un ton ferme
- Mais...
- SILENCE, GROSSE PUTE ! Hurla Malika, sa main me giflant violemment.
- Bon, inutile de le faire attendre plus longtemps, lança ma femme, on commence !
Les filles la regardèrent d'un air ravi, baissèrent leur culotte d'un mouvement rapide, se tournèrent vers moi et relevèrent leur vêtement révélant …. Un ZOB !!!
Malika et Ghita étaient des transsexuelles !!!
- Vous êtes des shemales ? Articulais-je.
- Mais c'est qu'elle comprends vite, la petite conne ! fit Malika. Ghita a sa bite depuis trois ans et moi deux. C'est ta femme qui nous a contactées disant que tu cherchais un plan en groupe avec des shemales, et bien, tu vas être servi sale trou à foutre, et même comblée !
- Ça se voit d'ailleurs petite lopette de mari pédé que tu rêves de ça, hé bien rassure-toi, tu vas le faire mais d'abord....
- D'abord, reprit Malika, tu vas être cocu !
- QUOI ????
- Parfaitement, pas de raison que tu soies le seul a en profiter, n'est ce pas Nadia ?
- Nadia? Dis-je en tournant la tête vers mon amour.
Nadia ne dit rien, s'agenouilla devant moi et commença à toucher la bite de Malika, d'abord tout doucement puis plus fermement à mesure que le sexe de celle-ci se gonflait pour devenir un gros dard de 22 centimètres. Elle l'attrapa fermement, décrochant ainsi un petit cri d'excitation de Malika et le suça goulûment, d'abord par à-coups puis elle l'enfourna dans sa bouche, « pompant » l'organe afin de faire jaillir la semence de Malika.
Ghita qui se branlait a côté de moi me susurra « Excitant non ? D'ailleurs, je vais moi aussi en profiter.»
A ces mots, ma femme, toujours suçant Malika se cambra, présentant a Ghita son petit trou humide, dégoulinant d'envie et susurra « Prends-moi violemment Ghita, fais-moi jouir ! ».
Gretchen sans mot dire s'exécuta et commença a lui ramoner le minou en levrette décrochant à Camille non pas des cris mais de véritables hurlements de plaisir, l'empêchant de sucer correctement Maya qui , sur une trop forte pression de la main de Camille éjacula alors dans sa bouche. Camille avala alors le sperme chaud de la brune avec délectation. « Mmmh ton sperme a sacrément bon goût, j'en veut encore » haleta elle, puis elle lâcha un nouveau cri, annonçant ainsi un autre orgasme. « Vas-y Ghita, vide-toi en moi, remplis-moi avec ton foutre » ordonna-t- elle. « Mais je voulais jouir dans ta bouche, répondit cette dernière »
« Ne t'inquiète pas, tu le fera après ! ».
Ghita s'exécuta alors dans un long râle semi étouffé, ses yeux à la limite de la révulsion et lâcha toute sa semence à l'intérieur des entrailles de ma belle. Elle se retira alors et présenta son zob dégoulinant des deux fluides à la bouche de Nadia qui, souriant, l'enfourna direct dans sa bouche, le suçant avec délectation, provoquant une nouvelle érection.
Malika, voulant profiter du spectacle, vint s'asseoir sur mes genoux et se masturba tout en frottant son fessier contre mon sexe gonflé à bloc, à la limite de l'explosion. Elle se releva alors, son sexe a nouveau bien dur prêt à repartir a la charge.
- Elle aime ça cette chienne, voir sa femme se faire prendre par des filles plus viriles qu'elle, en fait, je suis même sure qu'elle souhaitait ça, lança-t-elle.
- Alors on va lui faire ce plaisir, argua Ghita.

Sur ce, « les filles » se mirent debout, et simultanément Malika pénétra mon épouse par la chatte pendant que Ghita la sodomisait durement. Cela dura une heure, une heure de cris, de jouissance féminine durant lesquelles les filles altérèrent les positions, une heure de souffrance pour moi, ma « chatte » prête à se vider, criant qu'on la soulage mais ne pouvant lui apporter cela, une heure au bout du quelle ma femme sortit épuisée, couverte de sperme mais radieuse comme jamais :
- Putain, j'ai jamais connu un tel plaisir, même avec toi c'était magique! Me dit Nadia.
Les larmes aux yeux, je ne disais plus rien, la gorge nouée par l'émotion.
- Je crois qu'elle est à point, fit Ghita.
Sans mot dire, ma femme me détacha et me mit à quatre pattes.
- Lèche ! Me fit-elle, lèche tout mon corps ! Avale-moi toute cette semence chaude, tu verras comme c'est bon !
Je la regardais, elle nue avec ses bottes me toisant comme une vraie dominatrice.
- AVALE CHIENNE ! TU N'ES BONNE QU'A CA! Hurla-t-elle en me claquant. Je m'exécutais d'abord avec réticence puis, au fur et à mesure, je me surpris a aimer le goût de cette semence, je léchais de plus en plus vite, m'attardant au passage dans l'intimité de ma compagne, lui volant de petits gémissements de plaisir au passage, si bien qu'après avoir terminé, Nadia s'adoucit en me caressa la tête comme un maître fait à son chien.
- Brave chienne, tu as aimé ? Tu aimes le sperme ? Tu veux encore de la semence de celles qui t'ont cocufiée, petite lopette ?
- Oui... dis-je tout doucement, honteux.
- Pardon ? Je n'ai pas entendu ?
- OUI, MAÎTRESSE ! OUI, JE VEUX ENCORE DU SPERME! JE VEUX ÊTRE UN TROU À FOUTRE, PAR PITIE !
- C'est bien, tu vas avoir ce que tu demandes !

Malika s'approcha et me présenta son bel engin, je l'enfournai avidement sachant que je ne serais plus jamais le même après et commençai à le sucer goulûment, me cambrant, prenant des poses d'actrices de films X, je sentais l'engin palpiter et j'attendais avec impatience que le sperme jaillisse et me recouvre.
Ghita, excitée par mes tortillements de putain, se glissa derrière mon dos, je sentis une barre dure et chaude se coller entre mes fesses : elle branlait sa bite contre mon postérieur. J'avais l'impression de sentir le sang palpiter à l'intérieur de celle-ci. Ghita inspira, fit un mouvement des hanches tout en abaissant ma culotte... et m'enfonça sauvagement sa bite dans les fesses. Je hurlais de douleur et de plaisir cumulé, n'étant pas habitué à être pris aussi violemment. Ghita s'en donnait à cœur joie, me donnant de violents coups de boutoir de plus en plus rapides, me décrochant de longs gémissements de plaisir. Jamais je n'avais ressenti ça, une vraie bite, ce n’est vraiment pas la même chose qu'un gode ! Malika éjacula alors, un long jet de sperme bien chaud se déversa dans ma bouche et sur mon visage dans un cri de jouissance de celle qui l'avait lâché. Ce fut alors le déclic en moi, révélant celle qu'au fond de moi j'avais toujours été, que je voulais être : une petite chienne soumise, un réservoir à semence de shemales. J'avalais alors cette douce semence de Malika, poussant des gémissements de plaisirs, n'ayant plus rien de masculins. Ghita éjacula alors à son tour dans mes fesses, je me cambrai, essayant de voir le long filet de foutre dégoulinant de mon anus tandis qu'elle se retirait. Ma femme enfila alors son gode ceinture et m'encula à son tour. Ce fut le coup de trop : ma verge gonflée relâcha toute sa semence qui inonda ma culotte et mes vêtements. Je m'affalai alors à terre, haletant.
- Ah non ! fit ma chérie, pas question que tu finisses comme ça : regarde ce gâchis !
Honteuse, je la regardais : elle racla le sperme de ses mains et me le fit lécher :
- Voilà, ne salis plus mes fringues, salope !

Là dessus ma volonté se brisa, sans mot dire, je lui présentais mes fesses, attendant que son engin de plastique s'y insère à nouveau. Elle s’exécuta, ses coups me refaisant bander presque instantanément. Elle saisit une cravache et me fouetta, exigeant plus de cris de jouissance. Je m’exécutais. Elle se retira alors, enleva son gode ceinture et fit :
« Viens ma Laila, fais-moi l'amour à ton tour ! ».
Je me jetais sur elle, l'enlaçant sauvagement, la pénétrant, sentant ses hoquets de plaisir sous mes coups de verge
« C’est si bon, me murmura-t-elle à l'oreille, c'est si bon ma p'tite salope, bien mieux qu'avant !». Je l’embrassais alors, lui murmurant que je l'aime, elle me répondit :
« Je t'aime aussi, ma petite Laila ».

Ghita et Malika nous relevèrent alors et nous sodomisèrent en même temps, Ghita prit ma femme et Malika s'occupa de moi. La nuit s'écoula ainsi, orgiaque, chacune offrant sa semence à l'autre, parfois à tour de rôle, parfois plusieurs en même temps. Ma femme et moi, nous nous levâmes, au petit matin, couverts des semences mélangées, nous nous léchâmes mutuellement, puis je m'occupais de « nettoyer » Malika et Ghita, m'attardant, bien sûr, sur certaines parties de leur anatomie dans l'espoir d'avoir une rasade supplémentaire ( ce qui ne manqua pas).

Nous partîmes alors, comme nous étions venues, deux « filles » main dans la main, ma place désormais est claire : j'étais profondément heureux et transformé par cette nuit a tel point que nous retournons régulièrement désormais chez Ghita et Malika afin de continuer ces moments de plaisir intense.
Désormais, je peux le dire fièrement : je suis fier d'être la pute féminisée de ma femme et de ses amies, j'aime qu'elle me cocufie avec ces deux shemales aux bites si appétissantes et j'aime encore plus être leur réservoir.


openpe le 18/07/2014
Merci laila pour ce recit . Tellement bon de sucer des queues au ordre de madzme


Ecrire un commentaire


DERNIERS ARTICLES :
TRANS BEAUTY
J'adore
TRANS BEAUTY
sexy
TRANS BEAUTY
Une beauté surprenante
TRANS BEAUTY
Kellia fox
VOS DIVINES DÉESSES
La séductrice Lien : bondagegear.kink.com/home.html